Jeanne d'Arc

JEANNE D'ARC, MISTERE EN CINQ ACTES ET DIX-HUIT TABLEAUX

Mgr Ernest JOUIN

Shakespeare disait à Ben Jonson : « Trouvant la nation généralement fort ignorante de l’histoire, j’ai écrit mes pièces historiques pour instruire le peuple » ; et Southey, qui, le premier, détruisit avec Coleridge la légende anglaise de Jeanne, écrit dans les Premières impressions littéraires de sa jeunesse : « Tout ce que je savais de l’histoire d’Angleterre, je l’avais appris dans Shakespeare. »

Aujourd’hui, ne pourrait-on pas dire de nous ce que Shakespeare disait des Anglais de son temps ? Qu’est-ce que, le peuple sait de l’histoire de France ? La prise de la Bastille et quelques menus faits de la Révolution; et, dans la classe élevée, qu’est-ce que les nouvelles généra­tions apprendront de Jeanne d’Arc ? Les mensonges des Thalamas et des Anatole France.

De là, l’impérieux besoin de pièces historiques, res­suscitant les faits tels qu’ils se sont accomplis, dans une évocation vivante qui saisisse les foules et soit l’éveil rédempteur de notre pays. Car le théâtre compris de la sorte ne saurait se borner à l’enseignement de l’histoire; il doit être une école de patriotisme. M. Edouard DRUMONT, dans son article de la Libre Parole du 5 août dernier, admettait parmi les causes secondaires de la Révolution, cette éducation, fruit de la Renaissance, « où les jeunes Français, nourris de l’histoire grecque et romaine, ignoraient tout des origines de notre histoire nationale et des chansons de gestes de nos aïeux. » Depuis 1793, les choses se sont encore aggravées ; sous l’effort persistant des Juifs et des francs-maçons, le drapeau est insulté, et la patrie pour laquelle combattit Jeanne, n’excite plus les impatien­ces de la revanche, ni les enthousiasmes des gloires évanouies. Un théâtre national peut seul lutter effi­cacement contre l’internationalisme. Le, peuple s’y re­trempera dans l’amour de la France, bien moins en­tamé qu’on ne le croit ; et une pièce patriotique, comme celle de Jeanne d’Arc, peut sonner la charge pour « bouter dehors » les ennemis du dedans, ou les envahisseurs, de quelque côté qu’ils franchissent nos frontières.

Un jeune auteur, M. Joseph BOUTEYRE, conclut avec Tivier que Jeanne d’Arc n’a pas encore eu de poète, parce que sa mission surnaturelle n’a pas été comprise. « Cette mission surnaturelle, dit-il, a été de ramener la France à ses traditions chrétiennes, lui apportant, au nom de Dieu, la délivrance avec l’obligation de recon­naître son roi, Jésus-Christ. Si telle est la vérité his­torique, comment concevoir une épopée en dehors de cette vérité ?

32,00 €
Quantité
32,00 €
ISBN : 2-84519-558-3
Nombre de pages : 620
Langue : Français
Etat : Neuf

Du même auteur

R.I.S.S. GRISE 1920
Judaïsme - Franc-Maçonnerie

R.I.S.S. GRISE 1920

Mgr Ernest JOUIN
Français - 722 pages - Neuf new
Prix 60,00 €
R.I.S.S. GRISE 1938
Judaïsme - Franc-Maçonnerie

R.I.S.S. GRISE 1938

Mgr Ernest JOUIN
Français - 730 pages - Neuf new
Prix 54,00 €
R.I.S.S. GRISE 1924
Judaïsme - Franc-Maçonnerie

R.I.S.S. GRISE 1924

Mgr Ernest JOUIN
Français - 1022 pages - Neuf new
Prix 81,00 €